Le Brochet : description, reproduction, alimentation et milieux de vie

Le brochet, ou grand brochet, est un poisson prédateur qui vit dans les eaux douces et saumâtres de l’hémisphère nord. C’est un poisson emblématique en France où il fait l’objet d’un grand intérêt auprès des passionnés de pêche récréative notamment. Intéressons-nous de près à cette prise de choix.

Description

Le brochet (Esox lucius) se distingue par sa surprenante gueule parfaitement adaptée à une capture infaillible des proies qui passent à bonne portée. Large et aplatie, elle compte pas moins de 700 dents acérées, offrant au brochet une apparence redoutable. Cet armement permet à ce carnassier de bien saisir sa proie et de l’ingurgiter sans qu’elle ne puisse se libérer. Quant au corps, il est en forme de lance et permet à cette espèce de poisson d’attaquer ses proies à une vitesse foudroyante. Extrêmement hydrodynamique, avec une nageoire dorsale située vers l’arrière et une caudale développée et puissante, le brochet est équipé de façon à pouvoir se propulser à grande vitesse en prenant ses proies par surprise.

Les nombreux pores sensoriels situés tout autour de la mâchoire inférieure ainsi que sur la ligne latérale font office de détecteur d'ondes très performant. Il arrive ainsi à percevoir les vibrations émises par ses proies potentielles et se met en position d'attaque. Quand la proie est assez proche, il se lance à une allure foudroyante et la saisit, sans lui laisser aucune chance de s’enfuir. Grâce aux tâches et zébrures de  sa robe, le brochet se confond parfaitement avec son environnement. Ses couleurs peuvent varier considérablement d'un milieu aquatique à l'autre. En Europe, la femelle peut mesurer jusqu’à 1,50 m et peser 35 kg (65 kg en Sibérie selon certains récits). Les mâles, eux, n'atteignant que rarement une dizaine de kilos.

Alimentation

Le brochet est un prédateur. Son régime alimentaire est composé donc de proies vivantes (poissons, mollusques, crustacés, larves, têtards, batraciens, reptiles, etc.). Il peut se nourrir également de proies mortes. Au stade juvénile, il se nourrit de larves, d’alevins de poissons, de vers et de petits crustacés. Les cycles d'activité alimentaire du brochet sont espacés de plusieurs jours, durant lesquels il demeure totalement apathique.

Milieux de vie    

Le brochet s’adapte à toutes les eaux douces (étangs, rivières, grands lacs, marécages, grands fleuves), mais on le trouve aussi dans certaines eaux saumâtres ou salées. Il préfère se tenir à des profondeurs de 4 à 5 m, mais il peut descendre encore plus, notamment lorsque ses proies sont en période de migration. Il apprécie les endroits présentant de nombreux « couverts » où il parvient à se dissimuler pour se tenir à l’affût de ses proies.

Ce poisson carnassier est un grand solitaire et il est doté d’un sens territorial très développé à tel point qu’un comportement cannibale est observé lorsqu’un brochet se risque dans le territoire dans un autre. Toutefois, lorsqu’il y a abondance de proies, les brochets deviennent moins agressifs et peuvent cohabiter. La cohabitation est notamment courante durant la période de reproduction qui a lieu entre février mars. Les femelles, beaucoup plus grandes que les mâles, font une trêve pour donner l’occasion à ses derniers de les féconder. Mais dès la fin de l’opération, les femelles retrouvent leur agressivité et risquent de dévorer les mâles les moins agiles.

Fraie

La fraie du brochet se déroule sur plusieurs étapes. La migration des géniteurs commence en février, dès que la rivière commence à déborder sur la prairie. Les femelles sont mâtures vers 2 ans et mesurent alors 40cm. Quant aux mâles, ils arrivent à maturité vers 1 an. En général, il faut entre deux et trois mâles pour féconder une femelle. La frayère doit être assez grande avec peu de géniteurs. La ponte s’étale de février à mas, dans une température d’eau entre 7 et 10°C. Les œufs (des dizaines de milliers par femelle) se collent à la végétation émergée et éclosent, en général, après douze jours. Après leur sortie des œufs, les embryons restent collés à la végétation par la tête pendant plusieurs jours tout en continuant à se développer.

De mars à avril, la température de l’eau est assez pour le développement du plancton et l’éclosion des larves d’insectes dont se nourrissent les larves de brochets. D’avril à mai, les juvéniles mesurent 35 mm et ressemblent à leur espèce. Dès qu’ils atteignent 20mm, ils commencent leur migration de la zone de ponte (c’est-à-dire la crue) vers la rivière. Ceci sous-entend que la crue doit durer de février à mai pour que la fraie réussisse, ce qui n’est pas toujours le cas.